Biogil
Vivre libre avec la Nature

Cellules souches adultes : un immense espoir

, par biogil

Témoignage de Sharon Porter, soignée grâce aux cellules souches adultes, sur l’efficacité de cette thérapie contre la sclérodermie. Donné le mardi 8 novembre lors du congrès intitulé : « Cellules souches adultes : Science et avenir de l’homme et de la culture » (9-11 novembre 2011) organisé au Vatican.
Extrait d’un article de l’agence zenit.org

Pas d’objection éthique
La thérapie par les cellules souches adultes a en effet déjà donné des résultats. Ethiquement, cette thérapie est satisfaisante, parce qu’elle ne conduit pas à la destruction de la vie humaine, comme c’est le cas de la thérapie par les cellules souches embryonnaires.

Les cellules souches embryonnaires – qui supposent la destruction de l’embryon humain – présentent, à côté de l’objection éthique, le risque médical de développer des cancers, et elles n’ont donc pas été utilisées pour soigner des patients, en raison de leur dangerosité, a souligné Mme Smith.

Lors de la conférence de presse, Sharon Porter a indiqué qu’à 38 ans, alors qu’elle était naguère une jeune maman en pleine santé, elle a été affectée de « sclérodermie systémique », une maladie auto-immune dévastatrice, qui affecte la poumons, la peau… Ses mains ont commencé à se contracter et à présenter des ulcérations. La maladie a peu à peu affecté sa mobilité et sa qualité de vie. Ses poumons développèrent une hypertension et une fibrose. Les traitements classiques se contentaient de s’attaquer aux symptômes, ralentissant la progression de la maladie, mais sans traiter sa cause.

La guérison de Sharon Porter

Comme la maladie progressait, Sharon Porter a eu recours au prof. Richard Burt et au département d’immunothérapie du Northwestern Hospital de Chicago (Illinois, Etats Unis). La thérapie a consisté à re-construire la partie déficiente de son système immunitaire, et à traiter la maladie et pas seulement ses symptômes. Elle a reçu un traitement de transplantation « non myélo-ablative » de cellules souches en utilisant ses propres cellules souches.

L’amélioration, témoigne-t-elle, a été soudaine : les complications furent surmontées et il n’y eut plus d’autre détérioration de son état. Sa mobilité s’améliora, sa peau redevint plus élastique et sa tension artérielle revint à des niveaux normaux. Elle arrêta ses médicaments immunosuppresseurs et les stéroïdes, et elle put reprendre à plein temps son travail d’infirmière et une vie de famille sereine. Il ne lui reste aujourd’hui que quelques séquelles de la schlérodermie. Elle est convaincue que son rétablissement remarquable est dû à l’efficacité de la thérapie cellulaire à partir de cellules souches adultes, qui ne traite pas seulement les symptômes mais, pour la première fois, la cause de la maladie elle-même : « sans pour autant supprimer une vie humaine naissante », a souligné M. Thompson.

Guérison de la sclérose en plaques

Mme Smith donne cet autre exemple, celui d’une étudiante, Bethany Pappalardo, affectée de sclérose en plaques depuis l’âge de 18 ans, et qui se sentait sous la menace d’une crise fatale. Un jour, elle a senti que ses jambes ne la portaient plus. Elle a appris à se faire des piqûres mais elle a aussi commencé à perdre ses cheveux. Elle a alors contacté une équipe de thérapie cellulaire qui travaille sur les cellules souches adultes, celle du Dr Richard Burt du Northwestern Memorial Hospital de Chicago. Depuis la transplantation de cellules, il y a 5 ans, elle n’a plus eu d’attaque et son corps « fonctionne normalement » : les cellules souches adultes ont « réparé » son système immunitaire. Elle a ainsi puisé dans les forces même de son corps pour guérir.

Le docteur Richard Burt, qui a soigné ces deux personnes, participera au congrès au Vatican pour faire connaître les progrès de cette thérapie cellulaire pour guérir les maladies auto-immunes.

Un pas important, alors que la thérapie cellulaire embryonnaire – qui implique la destruction d’embryons humains - mais n’a encore pas débouché sur des thérapies, fait observer Mme Smith. Elle parle de « miracles », mais sans le « dilemme éthique » posé par la destruction des embryons humains.

Extrait d’un article de l’agence zenit.org, pour lire l’article complet, cliquer sur ce lien...

Des personnes ont été également guéries de diabètes (voir site vulgariz.com) et de leucémies grâce à des auto-greffes avec des cellules souches adultes. Un des avantages de cette technique est l’absence de prise de traitement immunosuppresseur comme c’est le cas pour les allogreffes.

Sur cette video en Anglais vous entendrez le témoignage de patients guéris par le professeur Richard Burt.

La compagnie chinoise Beike Biotechnology est à la pointe des traitements par les cellules souches adultes, vous trouverez sur ce lien de nombreuses informations .

Voici un excellent dossier comparatif sur les cellules souches embryonnaires et adultes(site genethique.org)

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
♡ 2011 par Biogil. Copier une œuvre est un acte d’amour. L’amour n’est pas assujetti à la loi. Merci de copier et partager.
Cisticole : Habillage visuel © GsiLL sous Licence GPL