Accueil > Terre, vie et environnement > Vie et évolution > Ordinateur portable Wi-fi et fertilité masculine

Ordinateur portable Wi-fi et fertilité masculine

mercredi 30 novembre 2011, par biogil

Pour évaluer les effets des ordinateurs portables connectés à des réseaux locaux sans fil (Wi-fi) sur les spermatozoïdes humains, une étude in vitro a été réalisée par des chercheurs américains et argentins.
C’est ce que publie la revue Fertility and sterility. Je présente ici un extrait et une traduction de cet article.

Des échantillons de sperme de 29 donneurs sains ont été utilisés.

Des spermatozoïdes mobiles ont été sélectionnés . Chaque suspension de sperme a été divisé en deux lots. Un lot de sperme (expérimental) de chaque patient a été exposé à un ordinateur portable connecté à Internet par Wi-fi pendant 4 heures, tandis que le second lot (non exposé) a été utilisé comme témoin, incubé dans des conditions identiques, sans être exposé à l’ordinateur portable.

Un ordi portable sur les genoux altère la qualité des spermatozoïdes.

La motilité des spermatozoïdes, leur viabilité et la fragmentation de l’ADN ont été évalués.

Les spermatozoïdes ralentissent et leur ADN est fragmenté.

Les résultats ont montré que les échantillons de sperme des donneurs, disposés pendant 4 heures sous un ordinateur portable relié à un réseau sans fil (Wi-fi) connecté à Internet présentaient une diminution significative de la motilité des spermatozoïdes et une augmentation de la fragmentation de l’ADN du sperme. Il n’y avait pas de différence significative au niveau de la mortalité des spermatozoïdes entre les deux lots.

À notre connaissance, cette étude est la première à évaluer l’impact direct de l’utilisation ordinateur portable sur les spermatozoïdes humains. Nous présumons que le maintien d’un ordinateur portable connecté en Wi-fi à l’internet sur ​​les genoux près des testicules peut conduire à la diminution de la fertilité masculine . Des études complémentaires, in vitro et in vivo sont nécessaires pour confirmer cette affirmation.

Les fragmentations de l’ADN attestent également les risques de malformation génétique chez l’embryon en cas de fécondation .

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.