Biogil
Vivre libre avec la Nature

les enfants d’une école de Gironde intoxiqués par des produits "phytosanitaires" déversés sur les vignes

, par biogil

Toux, douleurs dans la gorge, picotements de la langue, irritations des yeux, nausées et mal de tête. Vingt-trois élèves des deux classes de l’école primaire de Villeneuve, près de Bourg-sur-Gironde, ainsi que l’institutrice ont commencé à ressentir les mêmes symptômes lundi 5 mai, en fin de matinée.

Au retour de la pause du déjeuner, que beaucoup d’élèves ont pris à l’école, les symptômes s’accentuent. Le jeune directeur, Jean-Daniel Sans, confine alors ses élèves dans une salle et contacte le médecin scolaire. Au centre antipoison qui lui demande ce qu’il a pu observer, il indique que les vignes qui entourent et longent l’école (voir image) sont en cours de traitement depuis le matin. « C’est la seule chose que j’aie pu constater », précise-t-il....

Traitement de la vigne
Traitement de la vigne

...Le dossier des pesticides ne cesse de s’alourdir. Dernier élément à charge : des élèves ont été intoxiqués début mai à Villeneuve-de-Blaye, en Gironde, suite à un épandage de fongicide dans les vignes, à proximité de leur école primaire. Selon "Sud Ouest", l’enquête administrative a conclu à l’utilisation "inappropriée" d’un produit autorisé. La préfecture veut mettre en place des mesures de prévention pour les riverains et le Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB) reconnaît que les pratiques des viticulteurs doivent évoluer... Il serait temps, est-on tenté de dire.

L’affaire scandalise d’autant plus qu’une enquête de l’association environnementale Générations Futures, vient d’analyser les mèches de cheveux d’une trentaine d’enfants vivant dans des zones agricoles et y a relevé des traces de pesticides. Déjà, en février 2013, l’association avait publié les résultats d’une première étude réalisée dans le Médoc, qui avait mis à jour la surexposition au cancer des salariés de la vigne. Cette fois-ci, au total, 600 résidus de produits qui perturbent le système hormonal ont été retrouvés dans les cheveux des enfants. Sur ces 30 enfants, 6, 4 garçons et 2 filles de 7 à 10 ans, sont scolarisés à l’école primaire de Listrac (Gironde). "Cette étude montre que nos enfants sont exposés au quotidien à une véritable soupe chimique", a souligné le 29 avril le porte-parole de Générations Futures, François Veillerette, dans "Le Parisien". Outre l’émergence de cancers, ces perturbateurs endocriniens peuvent avoir des effets néfastes sur l’obésité, le développement neurologique, la sexualité ou la fertilité.

Dans le même temps, le 28 avril, le ministre de l’agriculture Stéphane le Foll annonçait que les épandages de pesticides seraient bientôt interdits en journée pendant les périodes de floraison afin de protéger les abeilles. Une bonne mesure, certes.
Protéger les abeilles, oui, mais les enfants ?

extraits du journal Sud-Ouest, mai 2014 pour la suite...

encore sur Sud-Ouest...

Sur Générations futures

Sur le Nouvel Observateur

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
♡ 2011 par Biogil. Copier une œuvre est un acte d’amour. L’amour n’est pas assujetti à la loi. Merci de copier et partager.
Cisticole : Habillage visuel © GsiLL sous Licence GPL